Groupes d'action France insoumise de Loire-Atlantique

SOUTENONS LES ROUTIERS

Cet article a été écrit mardi 26 septembre, après une visite au barrage du rond-point des bornes. Je m’y suis présenté comme insoumis des quartiers Nantes Nord et j’ai rencontré les syndicaliste du transport de la CGT et de FO.


Depuis ce matin les routiers occupent le rond-point des bornes, sur la route de Paris, vers Sainte-Luce-sur-Loire. Les organisations syndicales, CGT et FO, ont dressé un barrage filtrant. La mobilisation est dure. Mais la volonté est forte et tout le monde a compris que la bataille contre les ordonnances Macron, s’inscrit dans la durée.

Le choix de la matraque.

Déjà mobilisé hier autour de Donges, les syndiqués ne cachent pas leur amertume, face à l’attitude répressive du gouvernement. Évidemment, on ne pouvait rien attendre de bien, d’un gouvernement qui choisit les mots les plus dégradants pour qualifié le monde du travail.

Mais quand même, après ce coup de force pour imposer la dérégulation des conditions de travail et faire de nos vies un chaos social. Aujourd’hui, c’est à coup de matraque qu’on veut faire rentrer les salariés dans le rang.

En témoigne Hervé Lamour, délégué syndical CGT, qui a participé au blocage de la Raffinerie. « C’est fou, il y avait des CRS partout… Tu sentais bien l’agressivité et la pression qu’ils ont voulu nous coller. On a pris nos responsabilités et on a changé de stratégie.»

Ne rien lâcher

Ainsi, c’est à une véritable bataille de mouvement que se sont engagés les routiers et le gouvernement. «On décide au dernier moment le lieu et l’action pour prendre les forces de l’ordre au dépourvu », explique Hervé. Naturellement, ça ne facilite pas la mobilisation. Pour-autant, l’action se déroule aujourd’hui, près de Nantes, avec dans le cortège des véhicules ralentis, ses soutiens et ses grincheux.

Jean-Marc Charnaud et Hervé Lamour

Pour Jean-Marc Charnaud, secrétaire de la CGT transports Pays de la Loire, la question c’est de ne pas désarmer. « Nous nous inscrivons dans une bataille inter-professionnelle contre les ordonnances Macron »indique-t-il.Même son de cloche pour l’un des représentants syndicaux FO présent sur le barrage. Pour lui aussi les ordonnances sont une attaque sans aucune mesure contre tout le monde du travail. En effet, ce matin, c’est l’unité de vue entre tous les salariés qui occupent le rond-point.

Les sujets d’inquiétude sont nombreux. Par exemple la possibilité de se trouver face un accord où il y aurait possibilité de déroger aux 35heures. Cela aura des conséquences sur les heures supplémentaires, sur les conditions de travail, et aussi sur la paye. Et cela créera une mise en concurrence des entreprises vers le moins disant social.

La mobilisation va se poursuivre, les routiers prévoir de nouveaux blocages

Quelques insoumis sont passés sur le barrage, entre autres des nazairiens insoumis. Nous avons évidemment discuté, avec les salariés, du succès de la marche du 23 septembre contre le coup d’État social d’Emmanuel Macron, des prochaines mobilisations syndicales (retraités le 28 septembre ; fonctionnaires le 10 octobre), et de l’interpro.

Si nous avons tous nos combats et nos champs d’intervention dans cette bataille contre les ordonnances. Reste qu’une bonne poignée de mains autour d’un café, ça vaut tous les soutiens du monde. Alors à la prochaine initiative, n’hésitez pas, allez saluer les camarades sur les barrages. Car face au mépris de l’oligarchie dominante, la fraternité et la solidarité seront les moteurs pour gagner cette bataille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *